Le prix le plus élevé pour la peinture la plus controversée du génie. L’art en 2017 a vu le dernier Leonard de Vinci être vendu pour 450 millions de dollars. Quelqu’un veut-il vraiment regarder ce Jésus ressemblant à un hippie lourdement restauré auquel presque personne ne croit ? Outre la mauvaise foi, il est intéressant de noter qu’Abou Dhabi a décidé d’intégrer cette peinture dans son « Louvre« . Étonnant, pour le Christ, symbole du christianisme, d’intégrer un pays comme l’Arabie Saoudite, très attachée à l’Islam.

 « Une année dorée » pour l’art en 2017

Une année mitigée pour le commerce de l’art, donc, mais une année dorée pour l’art. 2017 nous a donné la Russie et l’Amérique comme jamais auparavant. Une extraordinaire succession de chefs-d’œuvre sont venus des États-Unis. L’American Gothic de Grant Wood est arrivé en Grande-Bretagne pour la première fois à la Royal Academy. Ainsi que l’étrange usine Ford de Charles Sheeler. Ou encore le mystérieux film new-yorkais d’Edward Hopper.

l'art en 2017L’Académie Royale nous a aussi apporté les peintures des drapeaux de Jasper Johns, leur humeur allant du funéraire au magnifique. Tandis que le 1er sondage britannique de Jean-Michel Basquiat a montré que l’art était aussi vif et instable que lui. Le rêve américain a été questionné par des artistes tels que Rauschenberg à Ruscha dans des estampes mordantes au British Museum, et par une génération d’artistes noirs dans l’émouvante Soul of a Nation du Tate Modern. Les films de l’artiste LA Arthur Jafa ont été une révélation à la Serpentine Gallery et en particulier aux Store Studios, où son collage d’images trouvées, depuis les marches pour les droits civiques jusqu’aux dunks de slam, sur fond d’hymne Kanye West, a été intégré dans un air d’opéra pour l’Amérique noire.

Plusieurs expositions ont marqué la Révolution russe, mais aucune n’a été aussi spectaculaire que la Révolution de l’Académie Royale: l’Art Russe 1917-32, où l’on a vu des chefs-d’œuvre d’avant-garde dans les galeries d’ouverture et appris le destin de leurs créateurs – suicide, meurtre, disparition – à la fin. L’étoile rouge géniale du Tate Modern sur la Russie, qui montre comment l’art a influencé la politique, et vice versa, est toujours d’actualité. Il contient quelques-unes des rares images de Trotsky qui n’ont pas été staliniennes.

Autour de l’art en 2017

Tristram Hunt a quitté la politique pour prendre le contrôle du V&A, échappant à Corbyn pour la culture. Maria Balshaw a succédé à Nicholas Serota dans le plus grand empire d’art du monde. La Tate Liverpool avait beaucoup d’art, sinon toujours bien conservée. Mais Tate Britain n’est toujours pas amarré, avec quelques conservateurs vraiment aveugles: le timide et chaotique Queer British Art and Impressionists à Londres, qui manquait presque de tout, y compris les impressionnistes nécessaires.

Pascal RobagliaLe prix Turner est arrivé à maturité, levant la barre sur les artistes de plus de 50 ans, et s’est instantanément renouvelé. (Lubaina Himid, 63 ans, en est la plus ancienne gagnante). John Berger est décédé à 90 ans, toujours en activité, et Howard Hodgkin à 84 ans, juste avant sa rétrospective acclamée de la National Portrait Gallery. Parmi les vedettes en hausse, mentionnons Andy Holden, d’Artangel, avec une brillante émission sur les oeufs d’oiseaux (et son père), et Emma Hart, dont la céramique sombrement humoristique a remporté le prix Max Mara. Les galeries ont échangé de l’art pour notre bénéfice: Caravage est allé de Londres à Edimbourg; Glasgow a envoyé Degas à Londres; Sidney Nolan, Claude Cahun et Matisse sont toujours en tournée en Grande-Bretagne.

Mais surtout, l’art en 2017 a été une année de visages. Autoportraits profonds de Käthe Kollwicz, tête en main, au fusain et à la craie, à la galerie Ikon, Birmingham. Autoportrait tardif d’Hokusai, visage plissé de rire. Wolfgang Tillmans a photographié Neil MacGregor en tant que saint ascétique (Tate Modern) et Barkley L. Hendricks en tant que surhomme noir dans les tons aviateurs (Soul of a Nation). Pratiquement tous les bellhops et pâtissiers maladroits et mutins de Chaïm Soutine à la Courtauld. Surtout, le grand autoportrait de Cézanne en chapeau melon et en pardessus, regardant rapidement derrière lui, comme si soudainement il nous apercevait mais toujours en route vers un autre endroit, dans ce cas la masse lumineuse et collante de sa peinture.